Conférence Qualité de l’air intérieur

L’air que nous y respirons n’est pas toujours de bonne qualité. En effet,
les sources de pollution dans les logements sont nombreuses : tabagisme,
moisissures, matériaux de construction, meubles, acariens, produits
d’entretien, peintures… C’est ce que l’on appelle la pollution de l’air
intérieur.
Si votre logement n’est pas suffisamment aéré, les polluants s’accumulent,
en particulier l’hiver, lorsque l’on ouvre moins les fenêtres. Cette
pollution peut avoir des effets sur la santé : allergies, irritations des voies
respiratoires, maux de tête voire intoxications.
Réduire les risques pour la santé est possible. Chacun peut agir pour
les limiter.

Qualité de l’air intérieur et impacts sur la santé

 

Un programme sur l’importance de la bonne qualité de l’air intérieur et les impacts sur la santé a été organisée pour les adhérents de la MGEFI.

Organisée par la Mutualité Française de Guyane et la MGEFI avec l’intervention de Lynn Luttringer d’ATMO Guyane, la conférence a été suivie le 26 novembre 2020 par les adhérents MGEFI.

Couplé à cette conférence est prévu un atelier de fabrication de produits ménagers naturels afin d’approfondir les éléments présentés par l’ingénieur d’ATMO Guyane.

Ce qu’il faut retenir

  • Le propre n’a pas d’odeurs : Les odeurs de propre (odeur de nettoyant, de parfum…) rassurent et réconfortent… mais ils sont bien au contraire le signe d’une pollution potentielle de l’air de la maison. Une maison saine avec une qualité de l’air optimale est une maison sans odeur ! Donc évitez au maximum les odeurs et parfums d’ambiance et faites un usage raisonné des produits d’entretien.

 

  • Veiller à la bonne ventilation du logement : Evitez de boucher les entrées et sorties d’air et entretenez-les régulièrement (4 fois par an dans l’idéal)

 

  • Aérer 2 fois par jour environ 10 minutes : Minimum deux fois par jour, matin et soir, en évitant les moments de forte pollution pour ceux qui vivent près d’axes routiers etc.

 

  • Limiter les sources de pollution  : Pour cela, limitez au maximum le nombre de produits qui vont rejeter des particules fines ou des composés organiques volatils (COV) dans l’air intérieur tels que le tabac, les encens, les spray parfumés (y compris naturels) ou les produits ménagers. Aujourd’hui, les systèmes de dépollution (spray aux huiles essentielles, peinture dépolluante, photocatalyse,…) n’ont pas fait la preuve de leur efficacité systématique et peuvent, pour certains d’entre eux, émettre des polluants secondaires.

 

  • Choisir des produits avec des écolabels  : Plusieurs labels dits « environnementaux » sont désormais apposés sur les produits d’entretien, les cosmétiques, les produits de bricolage. Ces écolabels permettent de choisir des produits ayant un moindre impact environnemental et contenant moins de composés problématiques pour la santé.

 

 

Venez découvrir notre livret de sensibilisation : Livret Qualité de l’air intérieur

Pour plus d’information sur la qualité de l’air intérieur et extérieur sur ATMO Guyane

Pour aller plus loin

DES RESSOURCES POUR TOUS

Préserver la qualité de l’air intérieur
Deux guides essentiels : Le Guide de la qualité de l’air intérieur de Santé Publique France et celui de l’ADEME Un air sain chez soi

Les huiles essentielles
L’ANSES appelle à une vigilance de leurs utilisations. Retrouver ses mises en garde sur l’usage des huiles essentielles

Les travaux, les rénovations :
La Fédération française du bâtiment pose ces préconisations.